samedi 31 mai 2014

Garde-robe de grossesse

Faut-il utiliser des vêtements de grossesse ?

Toute ma garde-robe a été testée au moment où j'ai commencé à ne plus pouvoir entrer dans mes jupes et pantalons, puis les vêtements d'hiver et d'été rangés au changement de saison en ne conservant que ceux que je pouvais encore mettre.
Très rapidement, j'ai dû passer à des jupes et pantalons de grossesse car plus rien d'autre n'allait, alors que les hauts ont duré un peu plus longtemps.
Sur le site Putting me together, une future maman partage sa garde-robe composée de vêtements ordinaires, à base principalement de robes fluides.

Une garde-robe raisonnable

Je ne cherchais pas pour ma part à renouveler complètement ma garde-robe mais à tirer le meilleur parti de mes possessions.
Voici la liste de ce que je porte depuis le début du printemps. La mention (achat) désigne un vêtement spécialement acheté pour cette grossesse, dès février ; j'en avais déjà quelques-uns de la précédente, pour laquelle j'en avais eu surtout besoin à partir de juin. A noter la jolie collection Maternité de l'enseigne Camaieu, aux prix très abordables.
Hors sous-vêtements, j'en suis à +/- 26 pièces (selon les successions de vêtements) : avec essentiellement 2 paires de chaussures, mon trench et 2 sacs à main, je parviens à 31 pièces et prouve ainsi qu'on peut être une future maman prenant soin de sa personne en s'inspirant du défi 333 !
Après l'accouchement, je compte réintroduire progressivement les vêtements ordinaires en piochant pièce par pièce sur l'étagère où les vêtements d'été sont rangés, de sorte que je n'utilise que ce dont j'ai vraiment envie.

Vêtements de grossesse

Bas

  1. un jean (achat)
  2. un pantacourt marine
  3. un pantacourt beige
  4. une robe noire taille Empire (achat)
  5. une jupe marron (achat)
  6. une jupe noire (achat)
  7. une jupe bleu marine
Hauts

  1. une chemise bleue manches 3/4 (achat)
  2. une chemise bleue manches courtes
  3. une tunique blanche taille Empire (achat)
  4. un t-shirt bleu marine coupe cache-cœur (achat)
  5. un t-shirt d'allaitement bleu
  6. une tunique écossaise violet/bleu taille Empire (achat)
  7. une tunique bleu ciel
  8. une veste de tailleur bleu marine
Sous-vêtements

  1. un collant noir opaque (achat)
  2. un collant gris opaque (achat)
  3. 4 soutiens-gorge d'allaitement (1 gris, 1 noir, 2 blancs)
  4. 1 chemise de nuit d'allaitement - gardée pour la maternité et les premières semaines

Vêtements adaptés (une taille au-dessus de ma taille normale)

  1. une robe chasuble en vichy bleu
  2. une robe d'été très fluide en coton rouge

Vêtements ordinaires

Hauts
  1. un t-shirt rose fuschia
  2. un débardeur rose fuschia
  3. un débardeur blanc cassé
  4. un débardeur noir
  5. deux t-shirts à col roulé (1 gris et 1 rouille) portés jusqu'au début du 6e mois
  6. un pull gris
  7. une veste bleu marine
  8. un gilet noir
Sous-vêtements
  1. Presque tous les slips
  2. Plusieurs soutiens-gorge
  3. Collants mousse couleur chair (portés "taille basse")
  4. 3 chemises de nuit forme t-shirt
  5. 2 pyjamas en coton taille élastique

mardi 20 mai 2014

Le plan de menus

Principes de construction


Pour faciliter la tâche dans la construction des menus, je suis plusieurs principes.

1. L'évaluation des besoins
En temps normal, le fond du plan consiste à assurer tous les dîners de la semaine pour 3, un déjeuner léger le dimanche, et quelques déjeuners solo dans la semaine.
Pendant les vacances, où il faut assurer tous les repas, je pioche dans le plan général, je double les entrées ou les plats solo.
L'élaboration du repas complet ne doit pas dépasser 20/30 minutes les soirs de semaine. Les cuissons longues sont réservées aux week-ends.

2. Une attention aux saisons
Je fais de mon mieux pour suivre les saisons dans la conception des menus, par exemple pour éviter de prévoir des plats de tomate en hiver, ou des gratins de fromage l'été. C'est aussi un plaisir pour moi de prévoir le retour d'un légume, d'un ingrédient ou d'un plat dans l'année, comme les asperges au printemps.

3. Un plan mathématique
Mon plan est donc organisé par saison et ne concerne que les dîners. Il prévoit 7 types de plats contenant chacun 4 recettes ou accommodements différents, soit 28 plats différents.
En théorie, je peux donc tourner sur 4 semaines, et je n'utilise le plan que 3 fois par saison.
J'ai composé également des listes complémentaires :
  • entrées
  • plats "solo" pour les déjeuners que je prends à la maison ou les soirs où l'un des adultes est absent
4. Une adaptation nécessaire
Bien sûr, le plan n'est jamais suivi à la lettre. Mais il donne au moins une inspiration de départ quand je sèche complètement, permet de penser à quelques principes diététiques (il y a une catégorie de plats végétariens par exemple) ou de ressusciter quelques recettes.
Chaque semaine, avant de faire les courses, je compare le plan (ou du moins les types de plats), ce qui reste dans le réfrigérateur, le congélateur et les placards, et ce que j'escompte trouver de promotions chez le primeur et le boucher. Je fais les courses désormais avec ma liste en deux parties, ce qui m'autorise à improviser un peu sur place.

Types de plats

Les types de plats ne correspondent pas à des recettes canoniques ou au plan d'un livre de recettes. Ils sont élaborés en fonction de nos préférences.
Ainsi, pour l'hiver :
  • Plat à base de fromage (et crêpes)
  • Plat à base de pâtes
  • Plat mijoté
  • Potage
  • Poisson
  • Viande saisie
  • Plat végétarien
Pour le printemps, j'ai une catégorie "plat gourmand" dans laquelle on trouve nos plats préférés comme le steak-frites.
Au point de vue de la diététique, tous les plats sont prévus avec accompagnement, et je ne m'interdis pas de ruser en inscrivant des plats de pâtes végétariens.
Au début de chaque saison, je révise ce plan en fonction de l'évolution de nos goûts, d'expériences culinaires ou d'envies différentes. Ainsi j'ai inclus dans le plan du printemps une catégorie "Plat nouveau" contenant des plats à essayer trouvés dans un livre de cuisine (pour m'encourager à les explorer), sur internet (où je "tague" facilement), dans un magazine etc.
Les plans et un certain nombre de recettes sont rangés dans un classeur de cuisine, distinct du classeur de maison, et rangé... dans la cuisine.
A titre d'exemple, le plan "hiver 2013" est disponible en téléchargement.

Références

Mon inspiration a été puisée essentiellement dans la méthode FlyLady, étape 8 (notamment le "si c'est lundi, c'est  ravioli", même si l'expérience montre que je ne suis pas aussi rigide), ainsi qu'au gré des conseils de Laurence Einfalt sur le plan de menus.
Deux livres peuvent aussi aider : Avec ce que j'ai dans mon frigo, je fais quoi ce soir ? d'Isabelle Boucry-Moret et S'organiser, c'est facile (chapitre 4) de Stéphanie Bujon et Laurence Einfalt.
 

vendredi 9 mai 2014

Plan de menus et liste de courses

Voici une grille pour préparer les menus hebdomadaires et la liste de courses qui y est associée. 

La liste de courses

Elle est organisée en fonction de nos besoins fondamentaux et des magasins que nous fréquentons chaque semaine, soit le supermarché de proximité et les commerçants du marché couvert. La colonne vide à droite permet d'ajouter des articles ou ingrédients d'achat plus occasionnel, ou d'apporter le cas échéant des précisions aux entrées pré-imprimées (comme les sortes de fromages et de fruits).
Cette liste est mise à jour à peu près une fois par an, en fonction de l'évolution de notre "fond de placard". Elle suit à peu près l'ordre des rayons du supermarché que nous fréquentons habituellement.
Cliquer pour télécharger l'image

Le plan de menus

La semaine commence le samedi midi, le samedi matin étant consacré aux courses. Je pense que prévoir systématiquement deux tirets par jour me permet de mieux maîtriser les déjeuners à la maison et en extérieur car j'ai tendance à acheter mon déjeuner. Rien que d'écrire le type de sandwich ou de salade m'encourage à prévoir de quoi me le confectionner, ou à mieux choisir devant l'étal.
La rubrique "desserts et autres" permet de prévoir la confection de pâtisseries, entrées ou préparations particulières.

Un autre billet décrit dans le détail la manière dont est construit le plan de menus hebdomadaire.