lundi 2 novembre 2015

Pourquoi une telle fascination pour les méthodes d'organisation personnelle ?
Pourquoi tout ce temps passé à lire des articles, classer des sites en favoris, tester des méthodes ?


Nous vivons des vies trop rapides, comparativement à nos parents d'il y a encore 50 ans. Leurs vies étaient certainement culturellement moins riches, assurément financièrement moins riches. Ils avaient moins de soucis, moins d'intérêts. Dans notre civilisation des loisirs, nous sommes obsédés par l'idée de bien employer notre temps, de laisser parler notre créativité, de nous réaliser. Nous sommes la proie de rythmes soutenus - qu'ils nous soient imposés et que nous nous les imposions. Alors nous avons l'illusion que tout cela n'est qu'une question d'emploi du temps, de planification, de compartimentation.

Dans le même temps nous rêvons devant les récits de ceux qui ont "tout débranché" un jour pour partir faire le tour du monde pendant un an, qui ont choisi l'école à la maison, qui s'engagent dans des mouvements dits "alternatifs" (comme le courant ?). Et nous nous gardons bien d'en faire de même : peur du saut dans l'inconnu, peur de l'insécurité financière, peur d'avoir un mode de vie trop différent de celui des autres.

Nos victoires sont minces : pas de voiture ; pas d'activités extra-scolaires ; le téléphone éteint le week-end. Cela nous procure l'illusion que nous maîtrisons quelques moments personnels.

Pour ma part, je me trouve en ce moment débordante d'intérêts, d'envies, de projets, et dans l'incapacité de faire le tri entre eux. La priorité se fait seule, peut-être pas comme elle devrait. Je planifie, crée des listes de choses à faire, et ensuite, rien, pendant des mois parfois. Mes bonnes résolutions tombent vite à l'eau. Je me trouve velléitaire. A quel point suis-je victime de l'époque, à quel point suis-je responsable de mes trop gros appétits ?

mercredi 22 juillet 2015

S'organiser en période de travaux

Moments difficiles où tout est étalé

Ce que nous avons manqué :
- considérer que nous déménagions, et donc mettre nos possessions en cartons, pour éviter la poussière 
- être vigilants sur les lieux d'intervention des ouvriers, qui n'ont pas toujours agi avec respect de nos affaires (et de la présence sur les lieux de deux petits enfants)






Ce que nous avons réussi :
Sérénité retrouvée
- mettre de côté et garder accessibles les papiers les plus importants, grâce aux différents classeurs colorés utilisés pour la gestion de la maison
- garder la maîtrise des pièces d'eau
- ranger les chambres des enfants dès le début : ils ont ainsi conservé un environnement à peu près intact, des espaces de jeu et de calme, et commencé à développer des habitudes






Le résultat est à la hauteur de nos attentes cependant, et ce va être un plaisir d'aménager et de décorer désormais.

mercredi 15 juillet 2015

Organiser ses applis

Sur smartphone et sur tablette, je suis depuis peu les conseils de Geoffrey Dorne pour organiser mes applis. Il s'agit de regrouper les applis dans des dossiers dont les intitulés sont des verbes d'action.

Image du blog Inafrances.wordpress.com
Sur smartphone, je n'ai plus que deux écrans d'accueil. Sur le premier, les applis d'usage quotidien, rangées dans des dossiers :
- lire
- voir
- écouter
- chercher
- s'organiser
- bien-être
- photos
- Tweetcaster n'est pas dans un dossier car je le consulte vraiment très souvent
Sur la ligne du bas, j'ai conservé les usages basiques de communication : mail / contacts / SMS / téléphone, et l'accès à l'ensemble des applis.

Sur le deuxième écran, deux widgets :
- agenda du jour
- Wunderlist

Sur la tablette, dont les usages sont à la fois professionnels et personnels, j'ai davantage de dossiers :
- Lire
- Écrire 
- Communiquer
- Utilitaires
- Se divertir
- Jouer (applis pour mon fils)
- S'informer
- S'organiser
- Intérêts 
- Patrimoine (applis culturelles utilisées pour le travail)

Ainsi regroupées par usage, mes applis me semblent plus faciles à maîtriser. Mes usages me paraissent mieux maîtrisés : si j'ouvre le dossier "se divertir", ce sera en connaissance de cause.



lundi 19 janvier 2015

Garde-robe d'hiver

Hiver 2014
Le défi 333 continue sans contrainte excessive.

Vestes et pulls 
. Pull bleu
. Pull marine
. Gilet noir
. Gilet bleu
. Gilet rose
. Veste de tailleur marine
. Veste pied-de-poule marron
. Veste de tailleur gris

Jupes et pantalons
. Jupe longue en tweed grise
. Jupe de tailleur marine
. Jupe de tailleur grise
. Jupe bronze
. Pantalon large gris
. Jean peau de pêche marron
. Pantalon de velours bronze

Hauts
. Chemise blanche
. Polo blanc
. Chemise carreaux légers bleue
. Chemise carreaux légers rose
. Chemise rayée bleue
. T-shirt manches 3/4 rose
. Col roulé rouille
. Col roulé gris clair
. Polo noir à col et manches écossais

Chaussures
. Escarpins noirs cuir retourné 
. Bottes marron

J'ai choisi cette année de superposer les couches de vêtements en portant sous la chemise ou le haut principal un débardeur, et par-dessus un gilet ou une veste plutôt que de gros pulls. En conséquence, certains vêtements commencent à s'user vraiment mais je n'ai pas le goût de les changer pour le moment.
J'ai porté à une occasion mon jean et un pull supplémentaires.